L'épargne et le patrimoine des patrons de TPE

Thèmes :

 L'immobilier au coeur du patrimoine
 

On entend ou lit souvent que le patrimoine des dirigeants de TPE est principalement constitué de l’entreprise qu’ils exploitent.

Cette affirmation est à double titre incertaine. D’une part, de nombreuses TPE ont une valeur proche de zéro, ne serait-ce que par manque d’un repreneur. D’autre part, personne ne connaît la composition et la valeur des autres éléments du patrimoine des patrons de TPE, car tout simplement, jusqu’à aujourd’hui, aucune étude ne leur avait été consacrée.

Plus de trois chefs d’entreprise sur quatre sont propriétaires de leur habitation principale, d’une valeur nette moyenne d’environ 270 000 euros (inférieure à 100 000 euros pour 31 %, comprise entre 100 et 300 000 euros pour 39 %). Si près de la moitié n’ont plus d’emprunt, la majorité des autres rembourse chaque mois une somme comprise entre 500 et 1 500 euros.

Plus de la moitié des dirigeants de TPE sont également propriétaires, directement ou par une société interposée, de leurs locaux professionnels, estimés à une valeur nette moyenne d’environ 195 000 euros (inférieure à 100 000 euros pour 49 %, comprise entre 100 et 300 000 euros pour 31 %). Un peu plus d’un sur deux est déchargé de tout endettement et la majorité des autres verse des échéances mensuelles inférieures à 1 000 euros. 19 % des patrons de TPE sont propriétaires d’un autre bien immobilier, et autant de plusieurs autres biens immobiliers.

Ce patrimoine net d’emprunts est estimé à environ 283 000 euros. La quasi-totalité des chefs d’entreprise dispose de produits financiers d’épargne, pour un capital moyen d’environ 107 000 euros (mais avec une grande dispersion : inférieur à 10 000 euros pour 30 %, supérieur à 100 000 euros pour 25 %). L’effort d’épargne mensuel est nul pour 29% et inférieur à 300 euros pour 49 %.

 Une épargne fondée sur la prudence
 

Les patrons de TPE misent en priorité leur épargne sur des produits financiers à faible rendement sans aucun risque ou à rendement modéré avec un faible niveau de risque, tout en cherchant des produits défiscalisés. Ils prévoient d’affecter cette épargne à la couverture de dépenses exceptionnelles (travaux, frais de santé), au financement de leur retraite ou des études de leurs enfants. Dès lors, il n’est pas surprenant de constater que les livrets (A, bleu, développement durable), le contrat d’assurance-vie et les produits d’épargne logement soient choisis, chacun, par au moins un patron de TPE sur deux.

L’épargne retraite, par le biais de contrat Madelin ou de contrat de retraite complémentaire, est peu développée, alors qu’à terme la retraite de base sera particulièrement faible. Et ceux qui ont souscrit de tels contrats cotisent souvent des sommes relativement peu élevées : les deux tiers épargnent un montant mensuel inférieur à 200 euros, alors que la charge est fiscalement déductible.