La sécurité vue par les patrons de TPE

Thèmes :

Pour les chefs d’entreprise, la sécurité évoque la lutte et la protection, d’abord contre la menace terroriste, ensuite contre les agressions physiques, puis contre les incivilités et enfin contre les vols et les effractions.

La sécurité, un autre thème majeur de la campagne présidentielle

Plus encore que l’immigration, la sécurité est une question qui intéresse personnellement une forte proportion de dirigeants de TPE (73 %), et qui constituera un critère de choix au moment de leur vote (64 %). Ce sujet sensible est à manier avec précaution tant il recouvre de réalités différentes, tant il est fondé sur des perceptions, parfois ambivalentes.

Alors que seulement 17 % des patrons de TPE avouent avoir un sentiment d’insécurité dans leur quotidien, plus du double estiment élevé le risque de violence et d’agression à leur égard ou à celui de leur famille. Les dirigeants craignent encore plus pour les Français en général ; un sentiment probablement renforcé par un niveau de menace terroriste jugé élevé et par une perception majoritaire d’une augmentation de la délinquance au cours des derniers mois

Le risque pèserait donc plus sur l’autre que sur soi. Étonnante impression, surtout que de nombreux patrons de TPE déclarent avoir subi à une ou plusieurs reprises au cours des dix dernières années, dans le cadre de leur vie privée (74 %) et dans leur entreprise (59 %), des menaces verbales, un cambriolage, un vol, un piratage informatique et/ou une agression physique.

Quelles protections contre les risques d'insécurité ?

Un quart des TPE ne dispose d’aucun équipement spécifique contre les risques d’insécurité en vue de les protéger, de protéger leurs salariés et leurs moyens d’exploitation. En revanche, les autres se limitent rarement à un seul équipement. L’alarme est présente dans 42 % des TPE. Des gilles de protection (36 %) et des portes ou vitrines blindées (25 %) prémunissent les entreprises contre les intrusions malveillantes et le vol. Un quart des TPE sont placées sous surveillance vidéo. 12 % des TPE sont protégées par un chien de garde et seulement 3 % emploient un vigile. Un patron de TPE sur dix est muni d’une arme d’autodéfense. Un tiers des TPE a réalisé un investissement en matière de sécurité au cours des deux dernières années, principalement pour faire face à la recrudescence de l’insécurité et pour rassurer clients et salariés.

Sur le plan informatique, les patrons de TPE redoutent surtout un virus informatique détruisant leurs données ainsi que le vol des codes bancaires et de mots de passe. Ils craignent moins l’espionnage de leurs données informatiques ou le blocage de ces données contre rançon.

Les TPE se garantissent majoritairement en maintenant à jour un anti-virus, mais beaucoup moins en sollicitant un contrôle régulier de leur système informatique par un spécialiste. Et rares sont ceux qui ont rédigé des consignes pour leurs collaborateurs. En revanche, 55 % déclarent avoir souscrit un contrat d’assurance spécifique pour indemniser les préjudices (une excellente idée !).