Baromètre FIDUCIAL de la Sécurité

Spécial Election présidentielle du Baromètre FIDUCIAL de la Sécurité, réalisé par Odoxa - mars 2022

Une forte attente des Français sur les enjeux sécuritaires qui profite largement à Marine Le Pen et Emmanuel Macron

Baromètre FIDUCIAL de la Sécurité - Spécial Election présidentielle

À l’approche de l’élection présidentielle, la 23ème édition du « Baromètre Fiducial de la Sécurité des Français pour Le Figaro » révèle que la sécurité aura une importance majeure dans le choix du candidat : 56 % des Français indiquent qu’ils pourraient changer de bulletin de vote s’ils étaient en désaccord avec un candidat sur le sujet. Les concitoyens attendent en premier lieu des solutions pour faire baisser la délinquance et les attaques aux biens et aux personnes. Ils placent leur confiance en Marine Le Pen et Emmanuel Macron pour répondre à ces enjeux. Un transfert de compétences vers les acteurs privés de la sécurité est aussi souhaité pour décharger  les forces de l’ordre.

Les Français accordent leur confiance à Marine Le Pen et à Emmanuel Macron pour assurer leur sécurité

 

Pour répondre à leurs attentes en matière de sécurité, les citoyens placent leur confiance d’abord en Marine Le Pen (49 %) puis en Emmanuel Macron (46 %). Éric Zemmour et Valérie Pécresse prennent la suite du classement avec respectivement 33 % et 31 %. Les candidats de gauche ne parviennent pas à convaincre : seuls 26 % des Français font confiance à Jean-Luc Mélenchon, 16 % à Yannick Jadot, 14 % à Fabien Roussel et 13 % à Anne Hidalgo.

Mais testé en concurrence, le président-candidat Emmanuel Macron l’emporte sur tous les critères qui ont trait à l’action (efficacité, compétence, sérieux, innovation). En matière de sécurité, il est le candidat le plus compétent (36 %, 15 points devant Marine Le Pen), le plus sérieux (38 %, 18 points devant la candidate du RN) mais également le plus efficace (33 %, 11 points devant Marine Le Pen).

La sécurité, un enjeu qui pourrait faire changer le bulletin de vote de 56 % des Français

Les propositions des candidats à l’élection présidentielle en matière de sécurité seront importantes pour 79 % des Français. Elles seront aussi « très importantes » pour 71 % des sympathisants Reconquête !, 52 % des sympathisants RN, 38 % des sympathisants LR, 29 % des sympathisants LaRem, 21 % des sympathisants PS, 14 % des sympathisants EELV et 12 % des sympathisants LFI.

Si les enjeux de pouvoir d’achat (57 %) et de santé (28 %) sont les problématiques qui compteront le plus dans le vote à l’élection présidentielle, la sécurité et la lutte contre le terrorisme (22 %) restent des préoccupations majeures. La question de l’immigration arrive, quant à elle, en 5ème position (18 %). En mars 2017, 31 % des électeurs interrogés citaient les enjeux de sécurité parmi leurs motivations de vote.

41 % des Français affirment que la question de la sécurité comptera davantage pour cette élection. Ils sont même 56 % à indiquer qu’ils pourraient changer de bulletin de vote s’ils étaient en désaccord avec un candidat sur le sujet. Les Français considèrent à 72 % que la sécurité est le domaine où les politiques ont le plus d’impact, contrairement à l’éducation (66 %) et à l’environnement (53 %). 

Un renforcement des forces de l'ordre plébiscité

Au cours de la campagne à l’élection présidentielle, les Français attendent en premier lieu des solutions pour faire baisser la délinquance (34 %) et les attaques aux biens et aux personnes (26 %). Le risque terroriste, qui constituait la préoccupation majeure en mars 2017 (39 %) après une série d’attentats sur le territoire, baisse de 19 points. La question des agressions sexuelles est, quant à elle, en hausse de 10 points par rapport à 2017 (18 %).

Lorsque l’on interroge les Français sur les propositions portées quasi-unanimement par les candidats à l’élection présidentielle, celles qui visent à agir sur la délinquance obtiennent un large consensus. Le recrutement de policiers et de gendarmes est ainsi approuvé par 9 Français sur 10 et jugé efficace par 86 % d’entre eux. De même, l’augmentation du budget de la justice et le recrutement de magistrats est soutenue par 85 % des Français et perçue comme efficace par 80 % d’entre eux.

 

La création d’une Police nationale de proximité, proposition des candidats de gauche Yannick Jadot et Fabien Roussel, est approuvée par 87 % des Français et jugée efficace par 84 % d’entre eux.

À droite, l’établissement d’une perpétuité réelle, proposé par Marine Le Pen et Éric Zemmour, est soutenu par 86 % des Français et jugé efficace par 80 % d’entre eux. Les deux candidats proposent aussi l’expulsion des délinquants et criminels étrangers, mesure approuvée par 86 % des Français et jugée efficace par 83 % d’entre eux. Valérie Pécresse et les deux candidats d’extrême droite proposent aussi l’augmentation du nombre de places de prison, mesure soutenue (80 %) et efficace selon 72 % des Français.

La généralisation des amendes forfaitaires, proposition d’Emmanuel Macron, est approuvée par 7 Français sur 10 et 63 % la jugent efficace.

Deux propositions peinent à trouver l’approbation des Français : 50 % d’entre eux sont défavorables et jugent inefficace la territorialisation des peines proposée par Valérie Pécresse ; ils sont également  58 % à se déclarer opposés et à juger inefficace la légalisation du cannabis, proposée par Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon. 

Les Français favorables au transfert de certaines compétences aux acteurs de la sécurité privée

Pour accompagner le renforcement de la présence des forces de l’ordre sur le terrain, plus de 6 Français sur 10 sont favorables à ce que l’Etat confie davantage de missions aux agents de sécurité privée. Dans le détail, les Français seraient très majoritairement prêts à ce que l’Etat délègue à des entreprises privées la sécurité dans les transports (67 %) ainsi que la sécurité dans les écoles (62 %). Ils le sont même davantage qu’en 2017, respectivement 7 et 5 points de plus.

La confiance dans le gouvernement remonte à l’approche de l’élection

Près des deux tiers des Français (63 %) affirment se sentir souvent (17 %) ou de temps en de temps (46 %) en insécurité.

À moins d’un mois du premier tour, le niveau de confiance accordé par les Français à l’exécutif pour assurer leur sécurité en matière de délinquance, de cambriolages et d’agressions, atteint 32 %, une hausse de 5 points depuis le mois d’octobre et de 11 points en un an.

Sur la question de la lutte contre le terrorisme, la confiance dans le gouvernement progresse également. 43 % des Français se déclarent confiants ou plutôt confiants, soit un niveau équivalent à la moyenne mesurée sur l’ensemble du quinquennat.

 

Enquête réalisée par Odoxa auprès d’un échantillon de 1 005 Français interrogés par Internet le 15 et 16 mars 2022, échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. 

Pour nous contacter : contact.barometre@fiducial.fr

Contact presse : Direction de la Communication / Tél. : 04 72 20 76 00 / Email : communication@fiducial.fr

Télécharger

Télécharger

Merci de remplir le formulaire ci-dessous afin d’accéder à la publication.

En validant, je recevrai le document par email et j'accepte d'être contacté par FIDUCIAL. En savoir +