Baromètre FIDUCIAL de la Sécurité

18e édition du Baromètre FIDUCIAL de la Sécurité, réalisé par Odoxa - février 2021

LES FRANCAIS RECLAMENT DE NOUVELLES MESURES POUR ASSURER LEUR SECURITE

FOCUS : gestion de la sécurité - le gouvernement ne parvient plus à convaincre

Couverture Baromètre FIDUCIAL de la Sécurité - 18e édition.

LES FRANCAIS RECLAMENT DE NOUVELLES MESURES POUR ASSURER LEUR SECURITE

La 18ème édition du « Baromètre Fiducial de la Sécurité des Français » réalisée par Odoxa fait état d’une nouvelle baisse de la confiance des Français envers le gouvernement pour assurer leur sécurité du quotidien. Dans ce contexte de forte défiance, les attentes de la population sont particulièrement élevées face au Beauvau de la sécurité qui s’est ouvert récemment.

Les citoyens se disent également prêts à « jouer un rôle » et souhaitent donner plus de place à la sécurité privée. C’est notamment le cas pour le contrôle des règles sanitaires : 68 % sont favorables à ce que les agents de sécurité privés puissent intervenir sur la voie publique notamment pour contrôler le port du masque et limiter les attroupements.

FOCUS : Gestion de la sécurité - le gouvernement ne parvient plus à convaincre

La défiance des Français à l'égard du gouvernement pour assurer la sécurité du quotidien des Français atteint son paroxysme : seuls 17 % des Français lui font encore confiance. Une baisse de 4 points depuis octobre et de 12 points depuis juillet 2020. 

Les Français n’ont jamais eu si peu confiance dans le gouvernement pour assurer leur sécurité en matière de délinquance, cambriolages ou agressions. 82 % d’entre eux se disent plutôt moins confiants depuis ces dernières semaines.

Pourtant, les Français se sont moins sentis en insécurité au cours du dernier trimestre. Ce sentiment a concerné 59 % d’entre eux contre 67 % en octobre et 68 % en juillet. 

La capacité du gouvernement à assurer la sécurité en matière de terrorisme est également mise à l’épreuve : seuls 36 % des Français lui font confiance. Un niveau légèrement supérieur à octobre 2020 (26 %) enregistré à la suite de l’assassinat de Samuel Paty.

Dans ce contexte, l’annonce de la libération en 2021 de 64 détenus condamnés pour terrorisme inquiète les Français : 83 % d’entre eux ne font pas confiance à la surveillance policière et judiciaire pour les empêcher de commettre à nouveau des actes terroristes. Pour 86 % d’entre eux, les élus locaux des communes dans lesquels ces détenus vivront doivent en être informés.

Beauvau de la sécurité: des attentes fortes des Français

Le Beauvau de la sécurité a commencé dans un contexte de forte défiance à l’égard du gouvernement et d’attentes toujours très élevées de la population sur les questions de sécurité. Cette défiance est cependant moindre à l’égard de l’organisateur du Beauvau : 40 % des Français font confiance au ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin pour atteindre les objectifs fixés.

Formation, encadrement, moyens, effectifs, lien avec la population, proximité avec la population, questions sur les moyens, IGPN... Les acteurs de la sécurité vont plancher sur les « 7 péchés capitaux » identifiés par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Pour 61 % des Français le Beauvau de la sécurité apparait comme utile pour trouver des solutions efficaces aux problèmes structurels identifiés.

Malgré les récentes polémiques (maintien de l’ordre, images de violences...), les policiers français sont majoritairement appréciés de la population : trois-quarts des concitoyens affirment avoir une bonne opinion d’eux. Cette image positive monte à 87 % chez les Français de 65 ans et plus et à 80 % chez les revenus supérieurs à 3 500 €. Les plus jeunes et les plus modestes émettent plus de réserves (62 % des 18-24 ans, et FOCUS 68 % des revenus inférieurs à 1 500 € en ont une bonne opinion).

Mais, les Français pointent du doigt le manque de moyens et de formation des policiers pour accomplir leur mission (respectivement 78 % et 72 %). Pour près de la moitié d’entre eux (48 %), les policiers Français ne sont pas bien contrôlés et encadrés par l’IGPN.

Le Beauvau de la sécurité devra également renforcer l’efficacité du système judiciaire en matière de délinquance. 83 % des Français jugent que les condamnations ne sont pas suffisamment sévères et ils sont 83 % à juger qu’elles ne sont pas bien appliquées. Résultat, pour 88 % des Français, elles ne sont pas efficaces pour éviter la récidive.

 

Graphique Opinion positive envers les policiers Français en fonction de l’âge

   

Construire une société de vigilance en s’appuyant sur la sécurité privée et les citoyens

Le Beauvau de la sécurité doit aussi permettre une meilleure coopération entre les différents acteurs de la sécurité. Les Français identifient des lacunes dans le « continuum » souhaité par le gouvernement : 63 % d’entre eux estiment qu’ils coopèrent assez peu (51 %) voire pas du tout (12 %) ensemble. Plus de 4 Français sur 5 sont favorables à une plus forte coopération entre les acteurs publics et privés (81 %).

En appelant à une société de vigilance, Emmanuel Macron a essuyé des polémiques. Cependant, 62 % des Français estiment avoir un rôle à jouer dans la sécurité en tant que citoyen et 60 % approuvent d’ailleurs les incitations à signaler les délits. 38 % d’entre eux pensent au contraire qu’il ne faut pas les y inciter. Ils craignent notamment les signalisations abusives et un climat de méfiance instauré dans le pays.

Graphique Approbation de la démarche visant à renforcer la coopération entre les forces de sécurité de l’État et les acteurs privés de la sécurité

 

Crise sanitaire : les Français favorables à plus de contrôle des règles sanitaires

Seuls, un tiers des Français (31 %) déclarent avoir été contrôlés par les forces de l’ordre depuis le début du premier confinement. Distanciation, port du masque, confinement, couvre-feu, attestations, justificatifs... 59 % des Français estiment qu’il n’y a pas assez de contrôles pour faire respecter les règles sanitaires. Les Français pointent le déficit de contrôles pour éviter les évènements clandestins (80 %). Le recours aux agents de sécurité pour soutenir les forces de l’ordre dans le  respect des règles sanitaires apparait comme une solution pour les Français. En effet, 68 % sont favorables à ce  qu’ils puissent intervenir sur la voie publique notamment pour contrôler le port du masque et limiter les attroupements.

 

Graphique Fréquence des contrôles des forces de l’ordre pour le respect des règles sanitaires

 

Télécharger

Télécharger

Merci de remplir le formulaire ci-dessous afin d’accéder à la publication.

En validant, je recevrai le document par email et j'accepte d'être contacté par FIDUCIAL. En savoir +