Apprentissage en salon de coiffure : les aides à l'embauche

Embaucher un·e apprenti·e en salon de coiffure, c’est investir sur l’avenir : en formant un jeune et en lui transmettant votre savoir, vous assurez la survie de votre profession et pariez sur la valeur potentielle d’un·e futur·e salarié·e. Compromis entre productivité et observation, l’apprentissage d’un·e coiffeur·se représente malgré tous ses avantages une charge pour le salon de coiffure. Heureusement, grâce aux aides financières et à l'exonération de charges salariales, l’embauche de votre futur·e apprenti·e est possible.

Les exonérations de charges sur le salaire de l’apprenti·e coiffeur·se

C’est pendant toute la durée du contrat d’apprentissage que l’employeur peut bénéficier d’une exonération des charges salariales partielle ou totale, en fonction du nombre de salariés présents dans son entreprise.

Les entreprises qui emploient moins de 11 salariés bénéficient d’une exonération totale de charges sur le salaire de l'apprenti·e. Les charges concernées sont les suivantes :

  • le contribution solidarité pour l'autonomie (CSA)
  • les cotisations salariales et patronales d'assurance chômage et d'assurance garantie des salaires AGS
  • la contribution patronale au financement des organisations syndicales
  • la contribution Fnal
  • la taxe sur les salaires
  • la taxe d'apprentissage
  • la contribution à la formation professionnelle continue
  • la participation des employeurs à l'effort de construction (PEEC)
  • le versement transport

Exception notable : la cotisation Accident du Travail-Maladie Professionnelle (AT-MP) n’est pas concernée par l’exonération et reste due par l’employeur.

Quant aux entreprises embauchant plus de 11 salariés, voici les charges dont elles sont exonérées :

  • les cotisations patronales et salariales dues au titre des assurances sociales (maladie, maternité, invalidité, décès, vieillesse)
  • les cotisations patronales d'allocations familiales
  • les cotisations salariales d'assurance chômage

L’employeur reste donc redevable des charges suivantes :

  • la cotisation AT-MP (accident du travail et maladie professionnelle)
  • la contribution de solidarité pour l’autonomie (CSA)
  • la contribution Fnal
  • les cotisations patronales d'assurance chômage et d'assurance garantie des salaires (AGS)
  • le versement transport
  • le forfait social, en cas de versement de primes de participation ou d'intéressement aux apprentis
  • les cotisations prévues par certaines conventions collectives

La prime régionale à l’apprentissage pour les salons de coiffure

En dehors de l’exonération partielle ou totale des charges salariales, l’employeur peut bénéficier d’aides à l’embauche substantielles, qui allègent considérablement le coût de l’apprenti·e et donc la charge salariale du salon de coiffure. Les aides régionales à l’apprentissage sont applicables dans deux cas de figure :

- l’entreprise embauche moins de 11 salariés, l’employeur touche alors 1000 euros au minimum par année de formation et par apprenti·e, attribués par la région à laquelle l’entreprise appartient

- l’entreprise emploie de 11 à 249 salariés, elle touchera 1000 euros minimum à chaque nouveau contrat d’apprentissage mais une fois uniquement, à la première année

Ces aides sont cumulables pour les entreprises embauchant moins de 11 salariés si les critères sont remplis. À noter que les aides sont éligibles au terme des deux mois de période d’essai !

J’embauche un apprenti·e : je bénéficie de l’aide TPE jeune apprenti·e

L’aide TPE jeune apprenti·e est un dispositif destiné aux entreprises de moins de 11 salariés qu’intègre un·e apprenti·e de moins de 18 ans. L’aide forfaitaire s’élève à 1 100 € versée à chaque trimestre d’apprentissage, pendant la première année (ce qui, cumulé, représente 4 400 € à l’année).

Si vous êtes concerné·e par cette aide, vous pouvez remplir une demande en ligne. Cette dernière sera transmise à l’Agence de Services et de Paiement qui est en charge du versement de l’aide.

Notez qu’il vous sera demandé de justifier, sur un portail internet dédié, de la présence de l’apprenti·e coiffeur·se dans votre salon afin de continuer à percevoir ce soutien financier.

L’aide TPE jeune apprenti·e est cumulable avec les autres dispositifs dont le salon de coiffure peut bénéficier grâce à l’embauche d’un apprenti·e.

Aide à l’embauche : quelles démarches pour en bénéficier ?

Bonne nouvelle : si vous choisissez d’intégrer à votre équipe un·e apprenti·e et de l’accompagner pendant sa scolarité, vous n’avez plus aucune démarche à faire ! S’il fallait auparavant remplir puis transférer un formulaire, l’opération est désormais automatisée et le simple enregistrement du contrat d’apprentissage suffit aujourd’hui à l’attribution des aides financières. Une fois le contrat signé, un courrier vous sera adressé suite à l’embauche de votre apprenti·e pour vous informer du montant de vos aides.

Informatiser mon salon de coiffure en toute sérénité

Parce que votre métier c’est coiffer, profitez d’un outil qui s’occupe de tout le reste : le logiciel de gestion.

Besoin d'un accompagnement en comptabilité pour votre salon de coiffure ?

Je me fais conseiller