Un client ne vous paie pas

Il ne faut jamais conserver une facture impayée dans un tiroir car plus le temps passe, plus il est difficile de faire payer un client retardataire. L’accumulation des impayés peut devenir un risque pour votre propre entreprise.

Un client ne vous paie pas

Si un client ne paie pas une facture, le chef d’entreprise craint souvent de le relancer de peur de le perdre. Or, dans la pratique, il est très rare qu’un client s’en aille parce qu’on lui réclame ce qu’il doit.

Trois raisons peuvent expliquer le non-paiement du client

  • des difficultés financières,
  • des litiges et contestations,
  • une négligence du client ou un retard volontaire.

Les difficultés financières représentent un faible pourcentage des motifs de retard. Cependant le risque de ne jamais être payé est important.

Les litiges et contestations sont relativement rares. Une bonne connaissance de votre clientèle et des motifs de contestation permettent à terme de les minimiser.

À partir du moment où il n’y a ni difficultés financières, ni contestations, il s’agit de retards dus à la négligence du client. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à mettre en œuvre une procédure de relance du client. En effet, la relance fait partie intégrante d’un bon relationnel avec un client. De plus, elle participe à l’image de rigueur, d’organisation, de professionnalisme de votre entreprise.

La relance écrite

Votre client n’a pas réglé sa facture à l’échéance. Vous lui adressez une première lettre de relance sur un ton conciliant.

Exemple de courrier :

[...] « Sauf erreur ou omission de notre part, la mise à jour de votre compte client présente à ce jour un solde débiteur de ... €.
En effet, la facture n° ..., que nous vous avons adressée le ..., et payable au...(date d’échéance), n’a pas encore été honorée.
L’échéance étant dépassée, nous vous demandons pour la bonne règle de nos écritures, de nous faire parvenir le règlement par retour de courrier.
Dans le cas où celui-ci aurait été adressé entre temps, nous vous prions de ne pas tenir compte de la présente.
Veuillez agréez[...] »

La mise en demeure

Si après plusieurs relances ou propositions d’arrangement amiable, votre client ne règle toujours pas votre facture, vous lui adresserez une mise en demeure en recommandé avec accusé de réception, lui laissant un dernier délai avant d’entreprendre une action en justice.

Exemple de courrier :

[...] « Nous constatons avec regret qu’en dépit de nos courriers de relance des ... (préciser les dates de ces courriers), votre société n’a toujours pas procédé au règlement de notre facture n°..., échue le ...
En conséquence, nous vous mettons en demeure de nous régler la somme de ... €, dans un délai de huit jours à réception de la présente.
À défaut, notre service contentieux se chargera d’en obtenir le recouvrement par voie de justice.
Nous vous rappelons que le présent courrier fait courir les intérêts légaux et conventionnels.
Veuillez agréer [...] »

Conservez les doubles des lettres de relance, à titre de preuves.

Attention, une facture ne suffit pas à établir la preuve d’une somme due. Si votre client est un particulier, une LRAR avec mise en demeure permet de demander des intérêts de retard à compter de son envoi.

Nos recommandations

Vous pouvez confier le recouvrement de vos créances impayées à FIDUCIAL qui propose, en partenariat avec IJCOF, un système simple et efficace en ligne, sans abonnement ni contrainte.

Découvrez notre offre « Recouvrement de créances » et confiez-nous vos contentieux clients.

Découvrez notre offre :

Recouvrement de créances commerciales

Recouvrement de créances commerciales

Pour gagner du temps et sécuriser vos relations avec vos clients, FIDUCIAL vous propose une solution pour connaître rapidement l’échéancier de vos encaissements et de vos décaissements. Ainsi, vous limitez les difficultés de trésorerie et vous relancez efficacement vos clients.

En savoir plus