Comment améliorer la rentabilité de son salon de coiffure ?

Comment améliorer la rentabilité de son salon de coiffure ?

Vous dirigez un salon de coiffure et vous souhaitez savoir comment optimiser votre rentabilité ?

Notre experte, Olga Romulus, expert-comptable, vous donne quelques points de repères et de vigilance pour faciliter la grille de lecture de vos données financières dans ce webinaire organisé par Salon Emotion de l'Oréal.

Retrouvez l'intégralité de ses conseils en vidéo.

 

Salon Emotion – Pourquoi est-il important aujourd’hui de connaître sa rentabilité ?

Olga Romulus – S’inquiéter de sa rentabilité permet de mieux gagner sa vie et surtout de manière durable. Cela implique de prendre du temps avec son expert-comptable pour analyser ses chiffres et bâtir les indicateurs-clés de son salon de coiffure.

Salon Emotion – Quelles sont les priorités de gestion d’un salon de coiffure ?

Olga Romulus – Faire du chiffre d’affaires, c’est bien ! Faire de la marge et du bénéfice, c’est mieux !

Il est possible que des salons, malgré un taux d’occupation élevé et une bonne fréquentation ne soient pas rentables et ne dégagent pas de bénéfice.

Il faut donc remettre la rentabilité au centre de ses préoccupations.

Comment expliquer que des salons qui génèrent beaucoup de chiffre d’affaires ne soient pas toujours rentables ?

O.R. – Il existe plusieurs facteurs, mais trois cas principaux peuvent être identifiés :

  1. Le salon ne vend pas assez cher ses prestations : ses prix de vente sont inférieurs à ses prix de revient.
  2. Son personnel est sous-employé : il n’y a pas assez d’activité productive pour le salon.
  3. L’offre n’est pas orientée vers des prestations à forte marge : il y a un manque à gagner.

Quels sont les services les plus rentables pour un salon de coiffure ?

O.R. – Dans un salon de coiffure, l’offre de prestations est très vaste. Il y a d’un côté des prestations basiques qui génèrent peu de marge, et de l’autre côté des prestations à plus forte valeur ajoutée.

L’idée n’est pas d’éliminer ces prestations basiques comme le brushing simple pour lesquelles une clientèle existe mais, pour améliorer la marge sur ces prestations, pensez à des ventes complémentaires comme celle d’un produit.

Les offres à forte valeur ajoutée correspondent souvent à des prestations plus longues comme les colorations ou les soins. Dans cette situation, il faut par contre savoir investir du temps auprès de sa cliente pour améliorer son expérience client en lui proposant par exemple un accueil privilégié avec une boisson offerte.

Qu’est ce qui fait le coût de revient d’un service ?

O.R. – Le coût de revient d’une prestation de coiffure comprend essentiellement 2 postes  :

  • un coût de matières consommables (shampoing, coloration, ...) qui représente 6 à 9 % du prix de vente
  • un coût de main d’œuvre qui oscille entre 50 et 60 % du prix de vente Ce pourcentage comprend le salaire net du coiffeur, les charges sociales (salariales et patronales), le tout majoré d’un coefficient qui correspond au temps de travail pendant lequel un collaborateur est payé mais ne travaille pas (vacances, formation, maladie, etc.).

Comment peut-on maîtriser le coût de la main d’œuvre ? Quels sont les points de vigilance les plus importants ?

O.R. – Le point de vigilance le plus important à avoir en tête est la sous-activité qui correspond au temps pendant lequel un collaborateur va être payé sans être productif.

Cette sous-activité ne sera jamais nulle. En effet, les collaborateurs prennent forcément des congés par exemple. Cependant, selon les collaborateurs, elle peut représenter de 15 à 30 % de leur temps de travail.

Il faut donc analyser les temps de chaque collaborateur selon leur plan de charge individuel et faire la différence entre les heures payées et les heures facturées et en tirer les conséquences sur le management de l’équipe. Cela peut être un réaménagement des plannings, une réorganisation de la clientèle ou une décision plus importante comme un recrutement ou un licenciement.

En dehors du coût des matières premières et du coût de la main d’œuvre, que faut il encore prendre en compte pour analyser la rentabilité de son salon ?

O.R. – Il est nécessaire d’identifier les frais généraux qui pèsent sur le salon. Ceux-ci correspondent à l’ensemble des charges fixes que supporte le salon même quand il n’est pas ouvert : loyer, électricité, téléphone, ... par exemple.

Ces frais généraux vont impliquer une pression sur la rentabilité globale du salon.

En effet, il faut dégager suffisamment de marge au niveau des prestations vendues pour couvrir ces frais fixes sinon le résultat sera une perte. Par contre, si vous avez une marge supérieure à vos frais fixes, vous pourrez dégager un bénéfice pour la structure, et ainsi vous projeter sereinement dans vos projets d’investissements, de rénovations, ...

Qu’est-ce que la « minute-productive » ?

O.R. – La « minute-productive » est un indicateur qui permet de calculer le coût complet de chaque prestation.

Pour cela, on divise l’ensemble des coûts du salon (salaires, charges sociales, frais généraux hors matières premières consommables) par le nombre d’heures payées productives des collaborateurs.

Ce résultat est ensuite majoré du coefficient de sous-activité général du salon, qui avoisine souvent les 20 %

En multipliant cet indicateur par la durée théorique du service, on peut ainsi déterminer le coût de revient complet de chaque prestation.

Quels sont vos conseils pour prendre soin de sa rentabilité ?

O.R. – Une fois que l’on a calculé la minute productive du salon, il est possible de déterminer la contribution au résultat de chaque prestation afin de les classer

Pourquoi ne pas construire une pyramide des prestations pour identifier de manière très visuelle les services à forte contribution à mettre en avant versus les services à plus faible valeur ajoutée.

Pour cette dernière catégorie, une réflexion peut également être menée pour envisager comment les rendre plus rentables, avec des ventes complémentaires par exemple.

Quels sont les avantages d’un logiciel de caisse ?

O.R. – Quelle que soit la taille du salon de coiffure, un logiciel de gestion est indispensable pour piloter l’activité.

Chez FIDUCIAL informatique, nous proposons un logiciel qui répond à l’ensemble des besoins d’un salon de coiffure dans une démarche business globale. De l’encaissement à la facturation, en passant bien entendu par les rendez-vous en ligne, la visibilité web, la gestion des collaborateurs et le suivi des fiches clients… Tout est fait chez FIDUCIAL Informatique pour répondre aux nouvelles attentes des salons de coiffure et de leurs clients

Les rendez-vous en ligne sont devenus aujourd'hui incontournables pour cette activité. Ce nouveau mode de consommation s'installe et va perdurer. La prise de rendez-vous en ligne permet donc de "remplir" l’agenda selon les plages disponibles définies à l’avance.

Grâce au logiciel Coiffure FIDUCIAL Informatique, la gestion des collaborateurs et des rendez-vous peut se faire très facilement via un planning précis, personnalisable et modifiable à tout moment ! Selon la fréquentation du salon et le planning de l’équipe, l’agenda de rendez-vous est organisé selon les disponibilités de chacun.

Enfin, pour la conquête de nouveaux clients, la visibilité sur le net est essentielle.
Toutes les informations rattachées à l’établissement doivent se trouver sur internet : adresse, numéro de téléphone (cliquable), horaires, rendez-vous en ligne. Le parcours des clients ou futurs clients doit être facilité. Être présent sur internet n'est plus une option !

FIDUCIAL Informatique propose la création de page web en augmentant le référencement local, en renforçant la visibilité sur les réseaux sociaux et donc en mettant en avant le salon et ses prestations, les nouveautés, les promotions, et bien entendu en facilitant la prise de rendez‑vous !

Est-ce pertinent de réévaluer les prix tous les ans ?

O.R. – Les prix évoluent chaque année en fonction d’indices. Pour des prestations de services, il faut faire le point tous les ans pour déterminer si certains postes de dépenses ont augmenté et ensuite évaluer s’il convient de répercuter ou non les augmentations. Pratiquer une augmentation de prix régulière est à privilégier pour proposer une offre de services cohérente avec ses coûts de revient et préserver ses marges.

Quels éléments ressortent de l’Observatoire de la coiffure publié par FIDUCIAL en 2020 ?

O.R. – Publié tous les ans, l’Observatoire de la coiffure 2020 est sorti juste avant la crise sanitaire. Il servira donc de point de référence dans les années à venir notamment concernant les conséquences de la crise.

Il en ressort 3 éléments principaux :

  1. Le ticket moyen est en progression mais la fréquentation baisse légèrement par rapport à 2019
  2. Le moyen de gamme reste l’offre dominante car les salons peinent à mettre en avant les prestations plus haut de gamme
  3. Le temps de travail des dirigeants augmente encore en 2020