Assurance-vie : comment rédiger la clause bénéficiaire ?

Assurance-vie : comment rédiger sa clause bénéficiaire ?

Précautions nécessaires, anticipation des renonciations : comment rédiger et optimiser la clause bénéficiaire de son contrat d'assurance vie ​? 

Sur la forme de la désignation du/des bénéficiaire(s)

Le bénéficiaire d'un contrat d’assurance vie doit être désigné par écrit, la forme de la clause étant libre. Ainsi, le souscripteur dispose d'un large choix.

Au sein de la proposition d’assurance

L’assureur a connaissance de la rédaction de la clause et peut alerter le souscripteur si celle-ci est imprécise ou inapplicable. Malheureusement, le souscripteur se contente souvent de cocher une case pour une clause-type et pas forcément adaptée à ses objectifs.

Via un courrier séparé du contrat

Cette solution est facile à mettre en œuvre grâce à l’envoi d’un simple courrier à l’assureur. Toutefois, il est nécessaire de s’assurer de la bonne réception du courrier par l’assureur en privilégiant un envoi par lettre recommandée et confirmation, par ce même assureur de la bonne prise en compte de cette désignation.

Par testament 

La désignation des bénéficiaires sera portée à la connaissance des héritiers lors de l’ouverture de la succession. Cependant, nous conseillons de déposer le testament auprès d’un notaire pour éviter le risque de perte ou destruction et de procéder à l’enregistrement au fichier central des dispositions de dernières volontés (FCDDV : fichier des testaments).

Il convient également de s’assurer de la modification de la clause bénéficiaire mentionnée au contrat stipulant l’existence dudit testament.

Par acte déposé auprès d’un notaire

Cette désignation réalisée hors testament permet d’assurer une plus grande confidentialité. Il faut néanmoins penser à notifier l’existence de cette clause à l’assureur, et faire enregistrer cette disposition au FCDDV.

Sur le fond de la désignation du/des bénéficiaire(s)

Les capitaux-décès sont payables au décès de l’assuré à un ou plusieurs bénéficiaires déterminés. Pour éviter toute confusion sur leur identité, il convient d’être le plus précis quant à la rédaction des bénéficiaires (nom, prénom, date de naissance, lieu de naissance, filiation, quotité…) :

Désigner précisément

Nommer les bénéficiaires pour éviter toute ambiguïté et réduire le délai de versements des capitaux.

Mentionner des bénéficiaires de second rang

Utile en cas de décès ou renonciation du premier gratifié et ainsi éviter un rapport des capitaux à la succession.

Prévoir la représentation

Mentionner les enfants ou frères/sœurs du souscripteur dans l’hypothèse du décès ou de la renonciation du premier gratifié.

Démembrer la clause bénéficiaire

Pour protéger financièrement le bénéficiaire du quasi-usufruit tout en anticipant le sort fiscal des sommes à recevoir ultérieurement par les nus propriétaires (capitaux ou dettes rapportables à la succession du quasi-usufruitier).

Laisser au bénéficiaire le choix entre plusieurs options

Déterminer une quotité en fonction de ses besoins sans pour autant constituer une libéralité aux bénéficiaires du second rang.

Imposer des conditions au bénéficiaire

Permet de limiter les actions à venir et d'encadrer son comportement futur.

FIDUCIAL Conseil vous accompagne dans tous vos projets de gestion de patrimoine

En savoir plus