La rémunération des gérants d'officine à la loupe

Dans sa dernière étude statistique sur l’économie des officines en 2015, FIDUCIAL analyse en détail la rémunération des gérants et cogérants.

La rémunération des gérants d'officine à la loupe

Dans les officines en société, la rémunération moyenne des pharmaciens gérants est inférieure à 60 000 euros, mais avec des écarts selon la typologie et surtout la taille de la pharmacie.

Autre constat : lorsque l’officine est dirigée par plusieurs pharmaciens, leur rémunération est en général identique. C’est ce que nous expliquent Philippe Becker et Christian Nouvel, de FIDUCIAL.

 

Le Quotidien du Pharmacien - Dans votre étude sur l’économie des officines en 2015, parue dans le Cahier FIDUCIAL du Pharmacien 2016, vous faites une analyse de la rémunération des gérants et cogérants de sociétés d’officines. Les résultats vous ont-ils surpris ?

Philippe Becker – Non, nous n’avons pas été vraiment surpris. Nos chiffres cadrent avec une autre étude réalisée par Interfimo, publiée en mars 2016, et qui donne une rémunération moyenne pour cette même population de pharmaciens de 63 000 euros, contre 56 000 euros pour notre étude. L’écart est de 10 %, ce qui est relativement faible.

L’étude d’Interfimo indique d’ailleurs que 60 % des rémunérations sont comprises entre 36 000 euros et 80 000 euros. Nous arrivons donc à des conclusions assez proches puisque, dans notre analyse, 58 % des titulaires ont une rémunération comprise entre 36 000 et 87 000 euros.

Est-ce une rémunération brute ou nette ?

Philippe Becker - C’est une rémunération nette, c'est-à-dire que les charges dites des TNS - travailleurs non salariés - sont payées par la société, à part.

Bien évidemment, on pourra nous reprocher de ne pas avoir ajouté les dividendes perçus en plus de la rémunération. Mais chacun sait que le concept de rémunération est à géométrie variable. Au cas particulier, notre étude et celle d’Interfimo portent sur ce qui a été décidé par les associés dans le cadre du contrat d’association.

 

 

On note, sans surprise sans doute, que plus l’officine est de grande taille et plus la rémunération est élevée. N’est-ce pas un mauvais signal envoyé à ceux qui envisagent de reprendre une petite officine ?

Christian Nouvel - Pas forcément, car notre étude montre aussi que l’évolution de la rémunération n’est pas linéaire. On peut noter, en effet, que la situation se dégrade en période de croissance à l’approche du seuil d’embauche d’un pharmacien adjoint.

En milieu rural, par exemple, il y a des officinaux qui se rémunèrent plutôt mieux que la moyenne lorsque les frais fixes sont faibles, et cela même si l’officine est petite.

Vous remarquez dans votre étude que 28 % des rémunérations annuelles sont inférieures à 36 000 euros. Là encore, n’est-ce pas décourageant pour ceux qui vont se lancer dans l’acquisition d’une officine ?

Christian Nouvel - Nous sommes en contact avec les jeunes diplômés et les adjoints, et ils savent bien que, dans les premières années, ils doivent faire des sacrifices et souvent travailler plus pour gagner moins. Mais ils ne sont pas les seuls dans ce cas : l’esprit entrepreneurial, c’est aussi faire des choix pour investir sur le futur et avoir une liberté d’exercice.

Philippe Becker - Actuellement, les jeunes sont surtout effrayés par les annonces répétées et relayées dans la presse sur le nombre de fermetures d’officines. Pour eux, c’est très anxiogène, et cela aura d’ailleurs des conséquences sur l’attrait de la profession.

Bien sûr, la situation économique de la pharmacie française est plus compliquée qu’avant, mais c’est vrai aussi pour bien d’autres professions ou métiers. À trop généraliser et à trop « négativer », les rangs des facultés vont s’éclaircir, et les conséquences sur l’avenir du monde officinal risquent d’être graves.

 

 

Dans votre étude, les rémunérations des cogérants sont-elles équivalentes ?

Christian Nouvel – Oui, l’inégalité de rémunération est très exceptionnelle. Elle n'apparaît que lorsqu’il y a une transition dans le cadre d’un départ à la retraite avec, par exemple, le passage d’un des titulaires à temps partiel.

Mais, globalement, la règle « à travail égal, salaire égal » s’applique parfaitement en officine.

Comment les associés fixent-ils leur rémunération ?

Philippe Becker - Avec leur cabinet comptable, ils étudient les facultés contributives de l’officine et déterminent ainsi une masse financière qui pourra devenir leur rémunération. Parfois, il y a une indexation annuelle sur le point de salaire. Parfois aussi, les mauvaises années, il y a une baisse de la rémunération. Cela arrive et il faut le dire !

 

Quotidien du Pharmacien | Propos recueillis par François Sabarly | Octobre 2016

Découvrez notre offre :

comptabilité et gestion de votre pharmacie

Comptabilité et gestion de votre pharmacie

Pour gagner du temps dans la gestion de votre officine, mieux comprendre vos comptes (bilan, chiffre d’affaires, financement de vos investissements ou résultat), analyser les postes de votre exploitation et optimiser vos performances, confiez-nous votre comptabilité. FIDUCIAL a formé des spécialistes de la pharmacie pour vous accompagner dans le développement de votre activité à travers ses spécificités comptables, fiscales et administratives.

En savoir plus