59 ème Baromètre des TPE - 3ème trimestre 2015

Léger rebond du moral des patrons et de l’emploi : éphémère ou durable ?

La 59ème édition du Baromètre des TPE, l’enquête de conjoncture trimestrielle réalisée par l’IFOP pour Fiducial auprès des Très Petites Entreprises dresse une légère amélioration du moral et de l’emploi même si ce dernier reste encore fragile. Elle interroge également les patrons sur leurs perspectives d’embauche et leurs motivations pour passer à l’acte.

L’optimisme des patrons remonte

Voilà trois ans que ce n’était plus arrivé. Les patrons de TPE optimistes (51 %) dans leur propre activité sont de nouveau plus nombreux que les pessimistes. Il faut remonter au 2ème trimestre 2012 pour retrouver cet état d’esprit. Cet optimisme apparaît de façon plus marqué lorsqu’ils sont interrogés sur les six prochains mois d’activité : 62 % les appréhendent avec optimisme.

Pour autant, 71 % des chefs d’entreprise sont pessimistes sur le climat général des affaires en France et la confiance globale accordée au gouvernement Valls (23 %) reste basse même si elle remonte d’un point ce trimestre.

L’emploi repasse au vert

Après 7 trimestres consécutifs de destructions d’emplois, la création nette d’emplois* redevient positive et s’établit à +0,5 point même si elle reste moindre à ce qui était annoncé par les patrons (+1). Les perspectives sont elles aussi encourageantes avec une prévision de +4 points pour le prochain trimestre. Là encore, un tel résultat n’était plus envisagé depuis le 2ème trimestre 2012.

Les CDD et l’intérim sont largement majoritaires, ils représentent 65 % des embauches. A 72 %, ils sont dus à un surcroit temporaire d’activité et dans 35 % des cas pour être certain que le poste est viable.

Jean-Marc Jaumouillé, Directeur des techniques professionnelles de Fiducial, souligne : « Si le moral des patrons et la situation de l’emploi s‘améliorent, il faut rester prudent car en juillet 2012, comme en juillet 2015, un léger regain de confiance s’était aussi accompagné d’un redressement de leur situation financière et de la création nette d’emplois, avant que tous ces indicateurs ne replongent jusqu’à aujourd’hui. Prudence aussi, car d’autres indicateurs restent dans le rouge : la situation financière** (-13 points) reste négative, un tiers des patrons de TPE jugent leur situation financière toujours préoccupante et l’investissement ne profite nullement de l’optimisme renaissant avec seulement une TPE sur six ayant déposé un dossier de financement ».

Pas d’embauche sans croissance ni simplification et baisse des coûts

Presque la moitié des patrons de TPE (46 %) déclare que leur entreprise pourrait augmenter son chiffre d’affaires et développer son activité avec ses effectifs actuels, simplement en augmentant leur temps de travail hebdomadaire. Et par conséquent sans embaucher. Leurs sous-activités et leurs réservoirs de productivité ne sont pas négligeables, car un tiers d’entre eux estime pouvoir augmenter leur chiffre d’affaires de 10 % à effectif constant (et 39 % de plus de 5 points).

51 % des patrons souhaiteraient augmenter leurs effectifs en cas de réelles perspectives de croissance, ce qui équivaut pour 26 % d’entre eux à un carnet de commandes rempli à 6 mois et pour 22 % à une croissance des ventes de plus de 10 %. D’autres mesures seraient susceptibles de renforcer l’embauche à l’exemple d’une réduction significative des cotisations sociales patronales (95%), d’une diminution des obligations réglementaires (71 %) ou encore d’un barème d’indemnités plafonné et indexé sur l’ancienneté en cas de licenciement (61%).

Dans la balance, les freins à l’embauche restent nombreux. En cas de réelles perspectives de croissance, les patrons qui ne recruteraient pas le justifient à 74 % en raison du coût salarial engendré, à 72 % du fait de la lourdeur des procédures administratives et à 69 % à cause du poids de la réglementation du travail.

Les pistes de réforme du gouvernement inconnues mais accueillies favorablement

Une très large majorité de patrons de TPE, car ils sont 71 %, ne connaissait pas les mesures annoncées par Manuel Valls le 9 juin dernier pour favoriser l’emploi dans les TPE et PME. Pourtant, présentées et prises isolément, elles requièrent toutes plus de 76 % d’opinions favorables. Les patrons acquiescent à :

  • 91 % le renforcement des contrôles et des sanctions contre les fraudes au détachement de salariés détachés ;
  • 88 % la formation de 40 000 demandeurs d’emplois sur les métiers non pourvus dans les TPE et PME ;
  • 82 % la possibilité de renouveler 2 fois les CDD et contrats d’intérim ;
  • 77 % l’aide de 4 000 euros sur deux ans accordées aux primo-employeurs ;
  • 76 % le relèvement des obligations liées aux seuils de 9 à 10 salariés à 11.

L’impact des mesures est plus mitigé. 48 % des chefs d’entreprise déclarent qu’elles vont avoir des effets bénéfiques sur l’emploi en France et uniquement 16 % qu’elles vont les inciter personnellement à embaucher.

La formation au sein des TPE

55 % des chefs d’entreprise déclarent avoir suivi une formation au cours de ces deux dernières années et ils sont 52 % à avoir mis en place des formations pour leurs salariés. Dans les deux cas, les formations concernant un domaine technique arrivent en tête (70 % pour les patrons, 72 % pour les salariés) suivies par celles relatives aux logiciels ou outils informatiques utilisés (36 % pour les patrons, 42 % pour les salariés).

Retrouvez l’étude complète sur : www.fiducial.fr et www.ifop.com
ou sur simple demande par retour de mail.

* création nette d’emplois : différence entre les créations et les suppressions de postes.
** indicateur de situation financière : % des TPE constatant une amélioration de leur situation financière par différence au % de celles enregistrant une dégradation.

Méthodologie de l’Etude

Echantillon de 1 004 dirigeants de TPE de 0 à 19 salariés (hors auto-entrepreneurs), raisonné sur les critères secteur d’activité de l’entreprise, taille de l’entreprise, région d’implantation de l’entreprise et interrogé par téléphone du 6 au 24 juillet 2015. Des résultats nationaux représentatifs : redressement selon les données INSEE pour la meilleure représentativité de cette composante du tissu économique français.

FIDUCIAL

FIDUCIAL est le leader des services pluridisciplinaires aux petites entreprises, artisans, commerçants, professions libérales et agriculteurs.
Créée en 1970 par Christian Latouche, son fondateur et actuel Président, FIDUCIAL s’est développée grâce à une dynamique de croissance ininterrompue depuis plus de 40 ans. En Europe, ses 11 000 collaborateurs servent  270 000 clients.
La mise en commun des savoir-faire au sein de FIDUCIAL lui a permis d’acquérir une expertise complète dans les métiers du droit, de l’audit, de l’expertise comptable, de la banque et du conseil financier, de l'informatique et de la technologie, de la sécurité, de l’immobilier et du monde du bureau..
Présente sur tout le territoire national avec une agence tous les 30 kilomètres, FIDUCIAL est le véritable partenaire des chefs d’entreprise et, grâce à son offre globale, leur permet de se consacrer pleinement à leur métier.

Contacts presse :
Agence CorioLink :
Justine Boiramier - Tél. : 06 35 66 16 86 -
Email : justine.boiramier@coriolink.com
Pierre Alibert - Tél. : 06 87 40 90 76 -
Email : pierre.alibert@coriolink.com

 

MISE EN PERSPECTIVE DES INDICATEURS RÉCURRENTS DU BAROMÈTRE DE CONJONCTURE

L’optimisme pour le climat général des affaires :

• Janvier 2012 : 29 %
• Avril 2012 : 28 %
• Juillet 2012 : 25 %
• Novembre 2012 : 18 %
• Février 2013 : 18 %
• Mai 2013 : 16 %
• Juillet 2013 : 23 %
• Novembre 2013 : 18 %
• Janvier 2014 : 22 %
• Mai 2014 : 21%
• Juillet 2014 : 15%
• Novembre 2014 : 12%
• Février 2015 : 27 %
• Mai 2015 : 29 %
Juillet 2015 : 29 %

Indicateur de situation financière par rapport aux 3 derniers mois (% amélioration - % dégradation) :

• Janvier 2012 : -18
• Avril 2012 : -17
• Juillet 2012 : -14
• Novembre 2012 : -20
• Février 2013 : -25
• Mai 2013 : -24
• Juillet 2013 : -20
• Novembre 2013 : -24
• Janvier 2014 : -25
• Mai 2014 : -25
• Juillet 2014 : -32
• Novembre 2014 : -28
• Février 2015 : -23
• Mai 2015 : -21
Juillet 2015 : - 13

L’optimisme pour leur activité :
• Janvier 2012 : 50%
• Avril 2012 : 51%
• Juillet 2012 : 50%
• Novembre 2012 : 46%
• Février 2013 : 46%
• Mai 2013 : 43%
• Juillet 2013 : 48%
• Novembre 2013 : 44%
• Janvier 2014 : 47%
• Mai 2014 : 39%
• Juillet 2014 : 36%
• Novembre 2014 : 39 %
• Février 2015 : 46 %
• Mai 2015 : 46 %
Juillet 2015 : 51 %

Evolution des créations nettes d’emplois :
• 4ème trimestre 2011 : 0
• 1er trimestre 2012 : 0
• 2ème trimestre 2012 : +1
• 3ème trimestre 2012 : -1
• 4ème trimestre 2012 : -4
• 1er trimestre 2013 : -2
• 2ème trimestre 2013 : +0,5
• 3ème trimestre 2013 : -2,5
• 4ème trimestre 2013 : -1
• 1er trimestre 2014 : -2,5
• 2ème trimestre 2014 : -2
• 3ème trimestre 2014 : -1,5
• 4ème trimestre 2014 : -2
• 1er trimestre 2015 : -1,5
 2ème trimestre 2015 : +0,5

La confiance dans les actions du Gouvernement (% de bonne opinion) :
• Janvier 2012 : 35%
• Avril 2012 : 41%
• Juillet 2012 : 32%
• Novembre 2012 : 20%
• Février 2013 : 17%
• Mai 2013 : 14%
• Juillet 2013 : 13%
• Novembre 2013 : 13%
• Janvier 2014 : 20%
• Avril 2014 : 33%
• Juillet 2014 : 19 %
• Novembre 2014 : 18 %
• Février 2015 : 24 %
• Mai 2015 : 22 %
Juillet 2015 : 23 %

Evolution des embauches réalisées sur 3 mois :

• 4ème trimestre 2011 : 12%
• 1er trimestre 2012 : 10%
• 2e trimestre 2012 : 10%
• 3e trimestre 2012 : 14%
• 4ème trimestre 2012 : 11%
• 1er trimestre 2013 : 10%
• 2ème trimestre 2013 : 12%
• 3ème trimestre 2013 : 13%
• 4ème trimestre 2013 : 12%
• 1er trimestre 2014 : 9%
• 2ème trimestre 2014 : 10%
• 3ème trimestre 2014 : 12 %
• 4ème trimestre 2014 : 13 %
• 1er trimestre 2014 : 10 %
2ème trimestre 2013 : 11 %