Prévoir ses funérailles de son vivant

Télécharger le dossier
Comment faire respecter ses dernières volontés

Prévoir ses funérailles de son vivant

Et si vous organisiez vos obsèques...

Vous avez des souhaits précis sur la manière dont vous désirez que soient organisées vos obsèques. Pourquoi laisser vos proches, supputer ce que vous auriez désiré ?

Le plus prudent est de mettre vos volontés par écrit : vous pouvez n'indiquer que les grandes lignes (cérémonie et sépulture) ou tout détailler : du choix du cercueil à la rédaction du faire-part de décès, éventuellement avec photos ou croquis à l'appui. S’il est recommandé de confier ce dossier à votre personne de confiance, n’oubliez-pas d’en laisser également un exemplaire avec des documents importants, que les proches ne manqueront pas de consulter, (voir le dossier « Le classeur familial d’urgence »)

Peu importe si vos choix déplaisent à vos proches, la loi du 15 novembre 1887 sur la liberté des funérailles impose que la volonté du défunt soit toujours respectée. À défaut, « toute personne qui donne aux funérailles un caractère contraire à la volonté du défunt sera punie de six mois d'emprisonnement et de 7 500 € d'amende » (code pénal, art.
433-21-1).

Dernier conseil : évitez de préciser vos souhaits en matière de funérailles dans un testament déposé chez un notaire, car il ne sera ouvert qu'une fois les obsèques passées.

À moins que vous ne préfériez ne prévoir que leur financement…

Si, pour différentes raisons, vous ne désirez pas arrêter le détail de l'organisation de vos funérailles mais que, toutefois, vous voulez en prévoir le financement, vous pouvez souscrire un contrat obsèques dit « en capital » qui propose la prise en charge de tout ou partie de vos frais d'obsèques. À votre décès, le capital sera versé (exonéré de droits de succession) au bénéficiaire (parent, proche, entreprise funéraire) que vous avez désigné dans le contrat.

D’autres modes de financement peuvent également couvrir les frais d’obsèques sans avoir à souscrire une assurance spécifique. Vous pouvez ouvrir un livret ou un compte d’épargne destiné à les financer et prévoir d’y laisser une somme équivalente à un devis de funérailles.

De même, un contrat d’assurance-vie, avec comme bénéficiaire la personne de votre choix chargée d’organiser les funérailles, vous rendra le même service.

Mais pour ces deux dernières solutions se posera la question de la date du versement des sommes prévues (postérieure aux obsèques)

Bon à savoir
Sans démarche de votre part, la banque peut régler les frais d’obsèques dans la limite de 5 000 € (arrêté du 25 octobre 2013, JO du 10 décembre), sous réserve des fonds disponibles sur vos comptes. Au-delà de cette somme, elle recueille l’accord des héritiers.

Besoin de conseil en gestion de patrimoine ?

En savoir plus