Tout ce qu’il faut savoir pour ouvrir un salon de coiffure

Tout ce qu’il faut savoir pour ouvrir un salon de coiffure

Selon l'Union Nationale des Entreprises de Coiffure (UNEC), environ 7 500 nouveaux professionnels de la coiffure s'immatriculent chaque année. Vous souhaitez vous aussi ouvrir un salon de coiffure ? Pas question d’improviser ! Diplôme, business plan, statut juridique… Nos experts Fiducial vous donnent les clés pour réussir votre projet !

Le CAP coiffure (certificat d'aptitude professionnelle) est le diplôme vers lequel la plupart des coiffeurs se tournent pour commencer. Il vous donne les bases à connaître et à maîtriser pour devenir professionnel. Vous pouvez ensuite compléter vos connaissances avec un brevet professionnel de coiffure, qui est d’ailleurs indispensable pour ouvrir son propre salon.

D’autres diplômes ou spécialisations sont reconnus, comme la formation Socio Coiffure ou le baccalauréat professionnel perruquier-posticheur. Pour un apprentissage de haut niveau, tournez-vous ensuite vers un BTS des métiers de la coiffure : gestion d’un salon, comptabilité, stratégie marketing… Tous les aspects du métier sont abordés, qu’il s’agisse de la technique ou du commerce. Le BTS est le diplôme idéal pour les futurs chefs d’entreprise !

Peut-on ouvrir un salon de coiffure sans diplôme ?

La coiffure est une activité artisanale : vous devez donc justifier d’une qualification professionnelle pour exercer. Vous avez toutefois la possibilité d’ouvrir un salon de coiffure sans diplôme. Pour ce faire, il vous suffit de respecter une condition : un employé de votre salon doit avoir un diplôme requis et superviser les prestations effectuées dans votre salon.

Avant de se lancer : réaliser une étude de marché

Qu’est-ce qu’une étude de marché ?

Réaliser une étude de marché est une étape indispensable pour s’assurer de la faisabilité du projet. Cela consiste à faire un état des lieux global et de :

  • se renseigner sur la concurrence et les offres déjà proposées dans le secteur ;
  • vérifier la demande potentielle des consommateurs ;
  • connaître la zone d’implantation et le pouvoir d’achat des futurs clients.

L’étude de marché vous permet de constater si l’emplacement choisi pour votre salon de coiffure correspond à vos objectifs commerciaux, mais aussi de déterminer votre zone de chalandise (habitation, bureaux…).

Connaître son chiffre d’affaires potentiel

Faire une étude de marché vous donne une vue d’ensemble sur la concurrence directe, les prix pratiqués, et donc le chiffre d’affaires potentiel que vous pourriez réaliser. Vous avez ensuite toutes les cartes en main pour déterminer votre offre, vos tarifs et proposer un concept innovant pour la zone choisie, comme ouvrir un barber shop dans un quartier qui n’en compte aucun.

L’étude de marché vous permet de connaître le potentiel sur le marché, de projeter votre chiffre d’affaires, de vérifier la qualité du local, de définir votre offre, d’ajuster vos horaires d’ouverture et de fixer le nombre de personnes à recruter.

Comment réaliser une étude de marché ?

Pour réaliser une étude de marché, vous avez le choix : le faire seul ou accompagné par un cabinet spécialisé. Ce dernier vous donnera des résultats précis, mais vous devrez compter entre 500 et 3 000 euros pour une étude, selon sa complexité.

Si vous faites une étude de marché par vous-même, vous pouvez utiliser (parfois acheter) des données de l’INSEE, des syndicats professionnels, des chambres de commerce ou encore des chambres de métier. Ensuite, vous pouvez compléter votre analyse par une étude de terrain, qui consiste à se renseigner sur la zone de chalandise, les habitudes des clients et les pratiques des concurrents.

Comment réaliser le business plan de votre salon de coiffure ?

L’étude de marché réalisée sera la première partie de votre business plan, aussi appelé « prévisionnel ». Mais à quoi sert un business plan ? Il vous aide à projeter les résultats que vous pourriez réaliser et donne, généralement, une vision sur les trois ans qui suivent l’ouverture de votre salon.

Les éléments clés de votre business plan

Votre business plan sera votre feuille de route pour atteindre vos objectifs ! Et pour les atteindre, il faut qu’ils soient réalistes. À vous de déterminer au mieux votre chiffre d’affaires potentiel.

Ensuite, votre business plan devra faire apparaître votre marge brute. Pour la calculer, il faut soustraire le coût des matières premières à votre chiffre d’affaires. Estimer la marge brute vous aidera à prévoir un budget suffisant pour :

  • payer les charges structurelles (loyers, assurances, publicité…) ;
  • payer la masse salariale (salaires, charges sociales…) ;
  • faire face aux autres charges (intérêts d'emprunts, impôts… ).

Le business plan vous permet aussi de déterminer votre besoin en fonds de roulement, les modalités de financement de votre outil de travail et votre niveau d'apport personnel nécessaire au projet.

L’organisation : la clé d’un business plan de qualité

Pour mieux comprendre tous les leviers financiers de votre projet et pouvoir les expliquer, créez un document avec :

  • votre compte de résultat prévisionnel ;
  • votre bilan prévisionnel ;
  • votre prévisionnel de trésorerie ;
  • les besoins d’investissements ;
  • les besoins de financement.

Vous devez impérativement présenter un business plan complet à votre banque pour financer l’ouverture de votre salon. L’objectif est de convaincre votre banque de la faisabilité et de la réussite de votre projet professionnel, mais aussi de votre capacité à rembourser l’emprunt.

Le conseil des experts FIDUCIAL

À moins que vous soyez à l’aise avec les chiffres et la gestion, vous aurez besoin des services d’un expert-comptable pour réaliser votre prévisionnel. Il s’agit d’un document technique d’une quinzaine de pages. Mais attention, vous devez connaître et maîtriser votre prévisionnel afin de rassurer et convaincre votre banquier.

 

À lire aussi : Gestion d’un salon de coiffure - 7 conseils de pro

Ouvrir un salon de coiffure : quel statut juridique choisir ?

Le statut d’auto-entrepreneur

Le régime de la micro-entreprise ne vous donne pas le droit à l’ouverture d’un salon, mais vous pourrez faire des prestations de coiffure à domicile.

Le statut de l’entreprise individuelle

Si vous ne souhaitez pas vous associer avec une tierce personne, vous pouvez fonder une entreprise individuelle. Vous serez alors le seul maître à bord !

Sachez cependant que dans ce cas, votre patrimoine privé est confondu avec votre patrimoine professionnel, sauf exceptions.

Vous êtes un travailleur non salarié et vous vous payez directement par prélèvement sur le bénéfice de votre salon.

Le statut de société

La société, contrairement à une entreprise, distingue la personnalité morale de l’entreprise et la personnalité physique du dirigeant.

Il existe deux types de société :

  • la SARL qui requiert au moins 2 associés, ou l’EURL si vous êtes seul ;
  • la SAS qui requiert au moins 2 associés, ou la SASU si vous êtes seul.

Comment choisir le bon statut juridique pour votre salon ?

Pour choisir le statut juridique qui correspondra le mieux à votre activité, prenez en compte les éléments suivants :

  • la protection de votre patrimoine personnel ;
  • le régime social choisi ;
  • le régime fiscal ;
  • vos perspectives d’évolution.

Si vous avez un doute, demandez à votre expert-comptable ou à un avocat de vous aider à y voir plus clair.

Activité artisanale ou commerciale : quelles sont vos obligations ?

La coiffure est une activité artisanale par définition. Vous (ou l’un de vos employés) devez alors justifier d’une qualification professionnelle. Vous devez ensuite obligatoirement vous immatriculer au registre des métiers (RM).

Cependant, si votre salon compte plus de dix salariés, il sera alors considéré comme une société commerciale. Dans ce cas, vous devrez aussi vous immatriculer au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS).

 

Pour ouvrir un salon de coiffure, le mieux est d’avoir les bons diplômes, un peu d’expérience professionnelle et une bonne dose de motivation. Ensuite, vous devrez créer un prévisionnel, convaincre votre banque et trouver le lieu idéal.

Vous ne voulez pas vous lancer seul ? Faites appel à des experts (expert-comptable ou avocat) pour vous accompagner dans ce projet. Et dès l’ouverture, vous pouvez compter sur le logiciel My HAIR de Fiducial pour gérer votre salon de coiffure au quotidien.

Découvrir nos offres